Vous êtes ici : FRANCAISAlumni

LOUISE LEFRANÇOIS - Doctorante en Sciences de la Vie et de la Santé

Quel est votre parcours universitaire/professionnel et en quoi a consisté votre sujet d'étude ?
Voici mon parcours universitaire :
- DUT Génie biologique à l’IUT de Laval
- Licence 3 à l’université Blaise-Pascal (Clermont Ferrand)
- Master Infectiologie cellulaire et moléculaire, vaccinologie à l’université François-Rabelais (Tours)
- Doctorat Sciences de la vie et de la santé à l’université François-Rabelais (Tours)

Mon sujet d’étude consistait à étudier les adhésines HBHA et LBP impliquées dans l’interaction de Mycobacterium avium ssp. paratuberculosis avec les cellules épithéliales intestinales, cibles privilégiées de la bactérie in vivo (domaines d’étude : Microbiologie, Biologie moléculaire, Biologie cellulaire et biochimie).

Comment avez-vous vécu votre thèse ?
Ma thèse m’a permis de découvrir réellement le métier de chercheur avec ces avantages et ces inconvénients. J’ai eu la chance d’avoir un directeur présent, à l’écoute, qui a su me laisser une part d’autonomie et de réflexion pour pouvoir proposer des choses afin de faire avancer mon projet.

Les moments forts ont été le premier article accepté pour publication, la présentation de résultats lors de congrès, la rencontre avec les spécialistes du domaine, la participation à des congrès internationaux et bien sur le jour même de la soutenance de thèse.

Les difficultés rencontrés ont été de trouver ma place, de prendre confiance en mon travail et mes capacités, de préparer mon avenir professionnel, rechercher un post-doc.

Que vous a apporté cette expérience ?
Cette thèse m’a conforté dans le choix de faire une carrière dans la recherche, m’a permis de me faire connaître au sein de la communauté scientifique, m’a rendu plus autonome et organisée, m’a donné plus de confiance en moi.

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite suivre cette voie ?
Je conseillerais à un étudiant qui veut faire de la recherche de bien définir ses envies, ses capacités et son projet professionnel avant de suivre cette voie. Les débouchés sont possibles mais difficiles, il faut être mobile, parler anglais, savoir se vendre, aller vers les autres, proposer des projets, demander des financements… Toutes ses caractéristiques font partie intégrale du métier de chercheur.

Quelle est votre situation actuellement ?

Actuellement, je fais une demande de financement pour pouvoir réaliser un post-doc à l’université McGill de Montréal au Canada.