LICENCE Droit

La licence mention Droit est destinée à former de futurs juristes en leur faisant acquérir le mode de raisonnement juridique et en leur donnant les outils et les connaissances nécessaires pour la poursuite de leurs études en master. Elle est en effet le socle des études conduisant aux diverses professions juridiques, tant dans le secteur privé que dans le secteur public. Outre le secteur traditionnel des professions juridiques et judiciaires, dont elle est la principale voie d’accès (avocat, juge, notaire…), elle conduit à des métiers diversifiés du monde de l’entreprise (cadre juridique, directeur des ressources humaines…). Elle prépare aussi aux concours de la fonction publique d’État, territoriale et hospitalière de catégorie A et B. Enfin, elle sert de socle à certaines poursuites d’études non juridiques (journalisme, sciences politiques, etc.).

À cette fin, elle permet l’accès aux divers masters Droit proposés par l’université de Tours ou par d’autres universités. 

Mots-clés disciplinaires : droit administratif, droit civil, droit constitutionnel, droit pénal, droit privé, droit public
 

  • Objectifs

Les connaissances

- Maîtrise des concepts juridiques 
- Maîtrise des exercices juridiques et universitaires (exposé oral ; dissertation ; commentaire de textes, de décisions jurisprudentielles ; résolution de cas pratiques) 
- Connaissance d’une langue étrangère 
- Maîtrise de l’outil informatique

Les compétences

- Méthodologiques : eu égard à une inflation législative constante, les connaissances acquises devront être actualisées lors de l’entrée des étudiants dans le monde professionnel. Les enseignements reposent certes sur un socle de savoirs mais surtout sur l’acquisition d’une méthode de raisonnement. Une autre raison milite en faveur de cette approche : en raison de l’allongement de la durée de la vie, une carrière ne se résume plus à une seule profession ; une ou plusieurs réorientations en cours de carrière seront réalisées. Sont ainsi donnés aux étudiants les outils leur permettant cette souplesse dans leur progression de carrière. Une approche méthodologique s’appuyant sur des fondamentaux disciplinaires leur permettra de réaliser ces réorientations.
- Transversales : parallèlement, l’ouverture à des matières non juridiques est indispensable pour ne pas enfermer nos étudiants dans une professionnalisation excessive car statique. Certaines sont prévues dans la maquette et offertes aux étudiants dans la Faculté même, d’autres, désormais intitulées « enseignement d’ouverture », figurent dans le catalogue de l’Université et sont dispensées sur ses autres sites.

Des enseignements de professionnalisation viennent compléter cette formation pluridisciplinaire. Outre la pratique d’une langue vivante étrangère et des techniques informatiques — la certification C2i est exigée à l’issue de la licence — la professionnalisation est renforcée par l’ajout à partir du semestre 2 d’un dispositif permettant l’élaboration d’un projet personnel : cette certification pourra être délivrée au semestre 6 et l’étudiant qui ne l’aura pas obtenue ne pourra pas se voir délivrer le diplôme de licence. Il sera remis à l’étudiant un « carnet de route » dans lequel plusieurs étapes devront être validées (exemples : possible réalisation d’un stage, exercice d’une activité salariée, participation à des conférences-métiers, entretiens professionnels…) à un rythme souple et individualisé.

Enfin, le choix du parcours L3 (orienté mais non déterminé par le choix des options en L2) permet aux étudiants un début de spécialisation en vue d’un métier ou d’une poursuite d’études.
 
  • Contenus ou liste des thématiques et matières enseignées

Le semestre 1 est une période d’adaptation à l’enseignement supérieur en général, notamment aux cours magistraux (CM) auxquels les effectifs de licence obligent et à l’enseignement du Droit en particulier. L’étudiant y apprend à distinguer entre enseignements fondamentaux (les matières principales et obligatoires, assorties de travaux dirigés : droit civil et droit constitutionnel), enseignements complémentaires (parfois assortis de TD et offrant un choix) et enseignements optionnels (qui permettent de dessiner un parcours personnel), selon une structuration commune aux six semestres de licence. Au S2 apparaissent le projet personnel et la pédagogie différenciée.

Les semestres 3 et 4 diversifient les enseignements juridiques offerts aux étudiants, avec des matières fondamentales à TD (droit des obligations et droit constitutionnel). Une UE propose à l’étudiant des enseignements optionnels permettant à chacun de développer sa culture générale et juridique et de préciser son parcours de formation.

Les semestres 5 et 6 offrent à l’étudiant la possibilité de s’orienter vers un parcours droit privé ou vers un parcours droit public.

Le MOBIL (Module d’orientation, bilan, insertion des licences) est prévu dès le S2 et jusqu’au S6.

Partenariats internationaux

  • Bochum (Allemagne) : un cursus menant à une double licence Droit va être proposé à la rentrée 2011 à des étudiants de 1ère année de Droit de Tours et de Bochum : la licence franco-allemande de Droit économique national et européen. Après une 1ère année passée chacun dans son université d’origine, la promotion suivra ensemble les cours de 2ème année à Bochum pour revenir à Tours en licence 3ème année. Ils suivront un cursus renforcé (cours fondamentaux communs aux autres étudiants + cours de langue et de droit français ou allemand selon le lieu où ils se trouvent).
  • Bilbao (Espagne) : depuis septembre 2007, participation (environ sept à dix jours par an) d'une dizaine d'étudiants (L3/M1) à un programme intensif en Droit du commerce international organisé par l’université de Deusto (Bilbao) en langue anglaise. Les enseignants et professionnels viennent du monde entier, les étudiants participant au programme (au total soixante) également.
     

Par ailleurs deux autres licences sont proposées :

  • la licence Droit-Langues

Cette licence a une visée combinée de lier d’une part la maîtrise de langues étrangères et d’autre part de solides connaissances en Droit.

En Droit, la licence a d’abord pour objectif l’acquisition d’une solide formation en droit interne français aussi bien privé que public. Le second objectif est de préparer leur spécialisation en droit international et en droit communautaire. En Langues, la mention Droit-Langues permet aux étudiants d’acquérir les compétences et les connaissances d’une langue étrangère.

  • la licence Droit français et Droit allemand

Le marché du travail européen recherche des juristes maniant les concepts et les techniques du droit européen et des différents droits nationaux. Le cursus intégré mis en place entre les universités de Tours et de Bochum et qui permet l’obtention d’un double diplôme licence et bachelor, forme des juristes spécialisés dans les deux systèmes juridiques. Les étudiants allemands et français titulaires des deux diplômes pourront avantageusement accéder à des métiers de juristes franco-allemands dans les entreprises (allemandes ou françaises) , associations, banques, compagnie d’assurances, dans les organismes publics, organisations internationales ou européennes, gouvernementales ou non-gouvernementales, ou bien encore, les cabinets d’avocats.

Mots-clés disciplinaires : droit français, droit allemand, allemand juridique, cursus intégré, double diplôme.